On Death Row

Composite blog consisting of notes, reflections, weird jokes, trip reports and amusing stories from the death row; some personal, some told and some fabricated, I have to reckon!

BEWARE!! This is neither a porno nor a politically correct site... more probably is a highly misanthropic and overtly cynical terminal account

Ridendo castigat mores, that I freely translate as ”humor improves behavior” , not that I believe, but it sounds nice!

3
Apr
2018

Le pèlerinage du mécréant, Magh Kumbh Mela 2013

/

Résumé : mon G-ami L. un ancien Iron Man, surnommé Haparitz et quelque fois Arizona et souvent The Navigator (G peut être lu comme gros, grand, généreux,  génial des fois,  et grandiloquent souvent – au choix et d’après l’humeur) m’invita de l’accompagner à la plus grande fête du monde, Magh Kumbh Mela,  il y a des années de ça. La relation qui suit correspond en ligne générales au texte initial après que je lui ai assené un coup de brosse. Quant au mécréant que je suis il faut que je souligne que je ne suis pas antireligieux. Toute au contraire je considère qu’on gagne dans la foi une tranquillité que dépasse des fois celle induite par disons ! le massage thaïlandais. Certainement tout ceci à condition que les illuminés ne s’appliquent violement d’améliorer ou gare ! de sauver les autres de la même manière que aujourd’hui les politically correct  s’évertuent d’imposer un langage  qui aurait fourni  un orgasme exquis  aux précieuses du temps de Louis XIV. Mais retournons à l’Inde …

Eh oui, mes enfants chéris et mes très chers parents et amis, de tout poil, de toute complexion et toute confession, j’espère de vous trouver frais et dispos, ce matin, enfin matin matinée d’ombre, car la lumière est une variable, c’est tout à fait clair, donc heureux de me sentir dans une pièce, une seule, entier, plus ou moins de corps et esprit, dans une place  de fête en fête. Oui, c’est de Kumbh Mela d’Allahabad que je cause, la d’où une petite foule est allé il y a deux jours droit au ciel, après ou avant les ablutions, dans et avec les eaux sacrées de la rivière la plus polluée du monde…a sa confluence et partout ailleurs, holà! Et holà encore une fois car je me suis laissé emporté par le rythme de la séquence verbale et j’ai failli de mentionner la cause du carnage.  Les futurs bienheureux étaient en train de prendre d’assaut un train, spectacle d’une banalité irrémédiable en Inde où une centaine des corps de tout âge, sexe et complexion, se lancent à corps perdu, comme son nom l’indique et en furie pour passer simultanément à travers une fente prévue pour deux ! Si vous aimez le mouvement et vous avez des nerves solides essayer cette adresse quoique elle ne rend ni le bruit ni les aromes : https://www.liveleak.com/view?t=f1f_1471424658

J’ai eu un avant-gout du malheureux piétinement, classique de la Magh Kumbh Mela qui rempile tous les douze ans,  pèlerinage et piétinement j’entends, le jour d’avant. Je me suis fait attrapé,  ensemble avec The Navigator, happé,  incorporé, séré comme une crêpe,  dans un flot humain, qui avançait comme un danseur de hula hoop, c’est-à-dire en se balançant sur place. Lent et dangereux le susdit rapide, tanguait comme un canard éméché pendant qu’il se faisait assaillir, viol à venir, doublé de meurtre, par un contre-courant, un sorte de rouleau compresseur à sonnettes, la colonne festive et funéraire des jeeps et des camions décorées avec paillettes dorées et  accompagnée par  des sombres motards amateurs et nerveux.  De quoi avoir une trouille organique…que j’ai éprouvée sans ambage et qui détermina à l’hésitant que je suis à une action rapide.

Pour une fois LA FOLIE NE ME DIT RIEN, et j’ai tourné casaque en lâchant froidement Haparitz dans la tourmente…Il s’est consolé en martyrisant des pauvres sâdhus, le semi-ascète iconique errant et mendiant, un des plus importants acteurs de cette géante Comedia dell’arte sans pareil, en les mitraillant avec sa camera….J’ai quitté LA PLUS, lis la Kumbh Mela, car comme son nom l’indique elle est   la plus grande fête  religieuse au monde. Durant  un mois elle recrute près de cent millions de  participants desquels  six ou sept millions, exténués et ravis, se croisent entre eux, dans la journée. J’ai failli les compter…. La Kumbh Mela, sans pareil ni compétition, est du gigantisme pieux a l’épreuve du temps.  Elle se réalise dans la sauterie la plus  colorée qu’on puisse  imaginer avec des effets chromatiques alternant rapidement comme si  produits par un  computer en folie. La marée  des saris rutilants et soyeux s’accorde a merveille avec la turgescence  des turbans glorieux de teinte solide ou serti des  petits  pois multicolores.  Bariolé avec grâce, bigarré de fond en comble, l’ensemble optique est organique, changeant, inattendu et fruit du hasard. Mais par-dessus tout LA PLUS  est la rencontre  la plus fervente  et le pèlerinage le plus  sincère, poussant des millions par dizaines  sur la route de l’énorme fatigue et du  sacrifice financier, dans un effort ou joie et paix sont de la partie sauf dans les moments que prise par la panique la masse, la foule rue et tue…

La Kumbh Mela est aussi le plus énorme marché du monde ou on déballe des images saintes, des vêtements, des milliers de tonnes de nourriture, du haschich (les sâdhus sont des formidables consommateurs) des billets des loteries, d’objets d’artisanat, du combustible, surtout du bois et de la bouse de vache sèche, vaches maigres eh !, des bijoux et des prêchées continuelles dans des immenses hales de fortune ou les fidèles s’amassent et s’évertuent a écouter la parole divine qui se déverse de la   bouche d’un professionnel inspiré  a travers des hautparleurs tonitruants…Un bruit à multiples tonalités et à l’hauteur de la cascade américaine la plus grande se répand dans l’air en  couches multiples, mal ficelées  qui se combinent dans une cacophonie royale. C’est la pénétration de la conscience profonde par le son. ….Il y a aussi des fakirs, des voleurs, des diseurs de bonne aventure, des acteurs et des danseurs, des yogi et des guérisseurs et beaucoup des soldats armés de fusils d’assaut et de longs bâtons. Donations en toute genre, répétitives et de toute dimensions sont fortement encouragées Sur une surface énorme surplombée par un vieil fort a l’ouest,  fort mort, aux fenêtres béantes d’où le verre  c’est depuis longtemps envolé, et par un pont mastodonte en béton servant l’autoroute, hautement perche au nord, poussent des villes des tentes. Au sud, se devine dans le lointain, dans un sorte de brouillard diffuse et fatigué, le Gange de tous les Dieux, bleu argent dans la distance  et de suspecte composition marron verdâtre une fois qu’on l’approche. On reconnaît encore des périmètres  en tôle ondulé, abritant des   toilettes en même matériel   offertes par le  gouvernement, des étalages,  des bastringues enfumées, des hales de conférences et d’exposition, des voies royales poussiéreuses et puis des ponts a pontons, élancés et subtiles qui enjambent  des multiples bras d’eau liés ou détachés du fleuve impérial et qui joignent  des aires éloignées a ce pays de la catharsis, du miracle, du happening et du lucre.   La poussière, la grosse fumée des brasiers a bois, charbon ou bouse, fours, feux de camps, et cuisinières de campagnes ainsi qu’une acre odeur de fèces, urines, boue, bouc et eau fétide,  égouts a ciel ouvert, nourriture et encens, beaucoup d’encens, curry et parfums orientaux produisent une symphonie olfactive inoubliable. Les marchands de guirlandes, un peu fanées,  et des couleurs de mascara a emploi immédiat ne font pas défaut….

La raison de ce paroxysme ? Rien d’autre que la célébration et surtout la réactivation du  miracle gros et perpétuel celui qu’accorde a chaque quidam ou a moitié quidam ou à la moitié d’un quidam (con-jointe), né coiffé(e) de tirer le grand lot : se  laver de tous  les péchés et devenir immortel(le). Personne ne parle pas de la récupération de la jeunesse et tout simplement des soins dentaires quoique l’état  de la dentition de la majorité de  ces mâcheurs acharnés de bétel est déplorable….Mais enfin, miracle et foi vont main dans la main pour ne pas employer une autre expression …Zeus, rafle jeunes filles et joli garçons sous des formes animalières diverses en côtoyant la bestialité ; Moise, après s’avoir livré a la sorcellerie flagrante chez le Pharaon, se serve de son bâton comme d’un marteau piqueur et  fait jaillir de l’eau du rocher ;  Jésus, l’ancêtre des tous le hippies,  fait du surf a pieds nus sur les eaux du lac de Tibériade et le prophète a barbe parsemée, sentant la chèvre se rue sur son haridelle Al Buraq du sommet de Mont Moriah au paradis avec l’intention ferme de déflorer un nombre impressionnant des pucelles…A son âge? Je me abstins…c’est mieux par les temps qui courent. Ainsi, la race humaine descendante  directe des accouplements incessants des grands singes anthropoïdes agressifs produit et consomme des miracles sans trêve ni répit ! C’est d’ailleurs sa raison de vivre et sa motivation d’exister car un état terminal pénible pend comme le couperet de le Veuve sur la nuque de chacun. Ca va barder dit l’oracle sans que personne y prête la moindre attention. Ils espèrent, ils attendent le miracle….

Mais enfin  qu’est-ce que se passe spécifiquement ici dans cette énorme mélasse qu’est Magh Kumbh Mela?…C’est une EPIPHANIE, c’est-à-dire la REACTIVATION D’UN MIRACLE. Les Dieux Hindous (Devas)  et les Démons (Asuras, des contestataires activistes)  vinrent aux mains. Les Dieux et les Démons ont toujours des vilaines affaires. Les mauvaises langues disent que les Dieux fabriquent des Démons afin de démontrer leurs forces car l’homo sapiens sapiens  ne fait pas le poids quoiqu’il soit d’une certaine manière un créateur des Dieux lui-même. Tout ça tourne en rond, il faut qu’on reste fidèle à l’histoire officielle.   L’enjeu du conflit entre les Dieux et les Démons Hindous  fut une cruche (Kumbha) remplie avec le nectar de l’immortalité, quelque chose de très précieux appelé AMRITA. Cet élixir est le résultat d’un barattage sans pareil d’un océan de lait  que je soupçonne avoir été l’océan Indien aux temps védiques.* Au plein milieu de la mêlée l’agile Dhanavantari le docteur divin,  ou le  puissant volatile Garuda ou le super–Dieu  Indra lui meme a membres flexibles, décisions fulgurantes et éclair définitif (la meilleure hypothèse) s’empare de la Kumbha et se sauve…Dieu sait où !  Dans la précipitation quelques gouttes, mais vraiment peu, giclent et atterrissent dans les courants limpides, jadis,  du Gange et affluents, en quatre endroits.** A Allahabad, drôle de nom pour la Mecque  des Hindous, l’arrosage bienfaisant fut plus dense qu’ailleurs, d’où l’augmentation des chances d’un fidèle, femmes y compris, de s’attacher à une de ces gouttes virtuelles bénies et plonger dans l’immortalité  comme une pierre, aux prix d’une immersion rapide…
Alors s’il vous plait, pas des réserves ethnocentriques, les miracles se valent, et tous les espoirs sont permis. Les photos qui suivent donneront une vague idée de l’importance et de la vitalité de l’événement qu’est de toute autre qualité et magnitude que les  mascarades pâlottes ayant lieu sur la Fifth Avenue, la Place Rouge ou les Champs Elysées. Unter der Linden est fermée pour le moment, quant aux Chinois, c’est dans la conquête sans douleurs qu’ils s’investissent.
Votre père,
The Wanderer
* Mon interprétation personnelle est que Amrita est le produit final d’un processus d’enrichissement du lait qui compte comme étape préliminaire  la CRÉATION de la RAITA, le plus délicieux des yaourts que j’ai jamais goûté!
**Je suis un peu  penaud de vous dire qu’il eut  à l’origine un contrat entre les Devas et les Asouras de parteger les richesses de l’océan de lait, l’Amrita en question. Il semble que les bons dieux n’ont pas respecté l’accord. Et si vous regardez avec attention cette photo que je suis forcé d’ajouter ici il semble qu’il a dû avoir de l’anguille (lit racisme) sous roche. Les dieux sont blancs comme la neige et les Asuras noirs comme le pêche !

 

 

 

 

 

MAGH KUMBH MELA 1

MAGH KUMBH MELA 2

Leave a Reply

Time limit exceeded. Please complete the captcha once again.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.