On Death Row

Composite blog consisting of notes, reflections, weird jokes, trip reports and amusing stories from the death row; some personal, some told and some fabricated, I have to reckon!

BEWARE!! This is neither a porno nor a politically correct site... more probably is a highly misanthropic and overtly cynical terminal account

Ridendo castigat mores, that I freely translate as ”humor improves behavior” , not that I believe, but it sounds nice!

20
May
2018

Aux Caraïbes, sur les genoux de l’Eternité

/

 

Le Cimetière de Morne a l’Eau

 

Reportage dédié a mon excellent ami,
M. Imperator

 

Ex-Feuille de route 12

Mes chers enfants (parents et amis)

Avant-propos: ce morceau drolatique (il se veut) est une vieille histoire, mais son sujet, un cimetière qui est allé au-delà de sa fonction traditionnelle, celle de garder les dépouilles des charognards de surface, et éventuellement d’exprimer la détresse (quelquefois la liesse) des familiers et pourquoi pas ? gérer une forme de mémoire,  a ajouté une autre dimension a sa raison d’être,  celle d’une recherche esthétique bien définie, spontanée, a la fois abstraite (division op art)  et naïve. Je n’ai pas pu résister a l’appât d’admirer cette interpénétration menant presque a une fusion de deux formes d’art au meilleur de leurs manifestation, et attention, totalement dépourvue d’aucune pensée mercantile. Quoique…

 

                                                                                                      « même en enfer le diable a ses amis »
                                                                                                         Simone Schwartz-Bart

Si quelqu’un avait eu la bizarre lubie  de  s’attarder sur la signalétique de mes tendancieuses notes de voyage il aurait pu s’apercevoir que la feuille numéro 10 manque. Elle devait être dédiée à Angkor Vat, en particulier, et à la démence créative des Khmers du moyen-âge en général. Cette frénétique activité a triple volet  –conceptuel, rituel et artistique – prit un tel essor, conquis des telles hauteurs et déploya une telle vitalité,  dans une atmosphère d’épais  mystère quant aux moyens, origines et motivations, que mon cheval de bataille, nourri de moqueries sinon du sarcasme cru, refusa d’avancer. Allons, allons ne soupirez pas soulagés, car si rien de terrible n’arrive dans les prochains mois je retournerai a Angkor en chair et en os,

 

Ainsi pour se détendre un peu de ce commencement sinistre quoique émouvant je vis vous raconter la visite que j’ai faite au cimetière de Morne à l’Eau, une localité assez décatie, détonant d’insignifiance dans ce haut lieu de splendeur qu’est la Guadeloupe. Je avais aperçu le cimetière, d’une façon  fugace, pendant  une des randonnées motorisées que j’ai eues à travers l’île avec mes amis. Il faut que j’avoue qu’il me tapa dans l’œil, un vrai coup de foudre, tellement je le trouvai magnifique et cocasse. Une très belle femme sur hauts talons au bras d’un nabot ( je ne sais pas si peut-on encore utiliser ce mot ci  ou il faut dire  – petit restructuré) ne m’aurait plus amusé. Hélas, pour des raisons que je m’abstiendrai de discuter en public ou même en privé, ayant un certain rapport avec la circulation des corps et des esprits, mes amis n’étaient pas chauds du tout a l’idée de visiter ce lieu de repos sécurisé (nonobstant  la richesse du pays en revenants en tout genre, poil ou couleur car  la Guadeloupe tout entière étant le résultat d’un mélange sensuel pluriculturel  débridé). C’est un pays où il fait bon de faire l’amour. Mais retournons a notre enclos, car cimetière et murette vont main dans la main, il est  situé sur une belle éminence en plein milieu de la ville. D’une façon assez bizarre le mot morne signifie dans un français choisi  quelque chose de triste, de lugubre, de maussade, de funèbre même comme cette belle et assez envoutante donzelle  qui est train de réfléchir sur une colline de males minuscules que ses puissantes rondeurs menacent de réduire en pâté. Les bourdons au commencement de l’hiver quand les abeilles soldat se préparent de les poignarder en masse doivent sentir quelque chose de pareil.  Par contre dans les Antilles une morne c’est une colline, quelquefois bien boisée et très attirante pour toute personne a âme romantique. Va savoir la raison !!! Je pourrais avancer quelques-unes mais ce n’est pas le moment. Les images parlent toutes seules et ce n’est pas difficile de comprendre qui est quoi ! Mais des surprises arrivent …

Imaginez-vous mon étonnement  de voir le lendemain matin mes amis arrêter le bucéphale et  me dire d’un ton égal et dépourvu d’aménité : tu peux aller à la chasse….aux images on s’entendait…Je suis parti a fond de train sachant que je ne  dois pas abuser et que mon temps est quand même limité par les lois de la bienséance. Ainsi j’ai mitraille à gauche et à droite, des gros plans avec une telle énergie et une telle hâte que je me suis attrape moi-même dans des photos,  quoique je n’avais aucune envie de m’éterniser dans les parages, on me comprends. . Il faut dire que le sourire flottant sur mes lèvres que j’ai surpris sur une des photos était tout a fait de circonstance et ne s’adressait qu’a la camera. Toute comparaison avec certains présidents ayant lamentablement rigolés dans des  divers lieux de repos final   tels Poincaré, Sarkozy et Hollande soit nulle et non avenue. Moi je suis de nature enjoué, j’avais même trouvé sujet de rire dans un classe de marxisme- léninisme que j’ai fut obligé de suivre dans ma jeunesse, comportement que fut trouvé de mauvais gout, antisocial et réactionnaire et   qui aurait pu  me couter cher si Staline n’eut crevé dans la même année ce qui provoque une certaine confusion bienveillante. Enfin quittons ce sujet et revenons sur terre pour exprimer mon regret de n’avoir pas eu le temps pendant mon séjour dans le cimetière de plonger dans l’intimité des lieux et d’immortaliser en images les liens subtils et profonds unissant les membres d’un caveau familial  qui comprenait  quelques fois des assemblages résultant des relations adultérines remarquables.

Au-delà de la proximité physique pour ainsi dire, les places sont exigües, la solidarité dans l’au de-là était soulignée délicatement et abondamment  par des  photos, inscriptions, petits poèmes, tablettes de marbre, angelots en bronze, fleures vraies ou fausses, cierges, et autres bidules, chose qui démontre que  les insulaires quoique  volages sont fidèles.  Je adhère tout à fait au système de relations flexibles et franchement détendues. Et à moi  d’accentuer qu’il règne dans l’ensemble malgré l’égarement charnel fameux un grand souci pour la décence et la pudeur contrastant vivement avec les images violemment érotiques à la mode en métropole dès  1563  jusqu’à nos jours comme  cette représentation   du tombeau d’Henri II et de Catherine de Médicis (un Valois et une italienne !) le dévoile  et le prouve amplement. Tout compte fait et entre nous je ne vois pas Elizabeth II et le duc de machin, son mari de pacotille, surtout dans l’état qu’ils sont aujourd’hui, tout à fait lamentable,   de ce mettre en vue de cette manière.

Quoiqu’il en soit je sens que c’est mon devoir de proclamer que ce lieu assez banal et ennuyeux d’ailleurs, je parle du cimetière en général, je suis pour l‘incineration s’il vous plait, prend à Morne à l’Eau la dimension d’un véritable happening artistique menant au très rare avènement d’un style d’art naïf abstrait. Je viens de trouver la dénomination exacte toute a l’heure. Les citadins ou les citoyens de la bourgade, peu importe,  ont concocté un impressionnant ensemble géométrique et  chromatique, étonnement  enjoué qui fera le bonheur et l’honneur de tout artiste OpArt, PopArt etc partout dans le monde.. Vasarely et Agam auront une attaque de voir ça,  s’ils sont encore ici-bas ! …Ils en prendront pour leur grade et encore ils peuvent attaquer les locaux en justice pour plagiat. Qu’a Dieu ne plaise! Il faut reconnaître que des deux des images qui suivent, une est par ce pauvre Agam, et l’autre par un local authentique. La consistance des formes, la formule bi-chromatique blanc et noir (consolidée  par quelques touches roses ou turquoises) et la cohérence du  rythme sont tributaires  du fait que le  style soit la résultante esthétique d’une seule, unique et oh combien importante thématique: l’inévitable disparition. Cette mort sur l’échiquier me fit penser à l’époque glorieuse  des années folles, a Joséphine Baker et au charleston. La vie  est un jeu et la mort est une blague ? Pourquoi pas ?

Bien sûr,  des  vicieux malveillants  prétendront à la lueur  vacillante, borgne et bornée,  du marxisme  contemporain, défaillant et sénile, que le grandiose cimetière  de Morne à l’Eau  n’est que le  résultat nocif de la surproduction  des biens de consommation, plus spécifiquement du carrelage pour des salles d’eau. N’en croyez fichtre rien à ces pitres savants et pédants, sordides représentants  d’une bourgeoisie crasse qui se veut prolétarienne et qui s’avère comme la belle Kristeva, grande féministe, grande maoïste et grande défendant du bondage des pieds des femmes, d’avoir été des agents de cet ou autre NKVD (Oh!the blunt Blunt!) faisant simplement leur sinistre boulot. Devrait-elle faire une psychanalyse ?

J’ai quitté l’endroit ravi et je fus enchanté de voir la joie (effusion des sentiments) de mes amis  quand ils m’aperçurent retournant sain et sauf du pays des OMBRES et des MAISONS DE REPOS, en haut de la colline, A VUE PANORAMIQUE!!

 

Sur les ramparts,

Votre père

Leave a Reply

Time limit exceeded. Please complete the captcha once again.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.